Et si l'amour et nos meilleures intentions pouvaient nuire ?

 
« Etre au bord d’un apprentissage peut se signaler par un sentiment de gêne, de colère, d’anxiété, de surprise, de confusion ou de défensive. 
 
Ces réactions sont des signes que notre façon de voir les choses est contestée.  Si nous nous retirons dans notre zone de confort, en rejetant tout ce que nous rencontrons qui n’entre pas en accord avec notre façon de voir le monde, nous perdons une occasion d’élargir notre compréhension. »
 
Maurianne Adam
 « Teaching for Diversity and Social Justice : a Sourcebook » page 68 
 
 

L'état de santé des animaux de compagnie

 

 
Le chien, le chat ou le furet avec lequel vous partagez votre vie :
 
A-t-il les dents sales, jaunes ou tachées ?
Souffre-t-il de gingivite ou de parodontose ?
Son haleine est-elle fétide ?
Son odeur corporelle est-elle dérangeante ?
Souffre-t-il de problèmes de peau ?
A-t-il des démangeaisons ?
Vos mains sont-elles grasses et malodorantes après l’avoir caressé ?
Perd-t-il ses poils de façon excessive durant toute l’année ?
Son pelage est-il terne, clairsemé ou rugueux ?
Est-il en surpoids ?
Est-il apathique et dort-il souvent ?
A-t-il déjà eu une torsion de l’estomac ?
Sa truffe est-elle sèche et craquelée ?
A-t-il les yeux qui coulent ou les oreilles sales ?
Avale-t-il le contenu de sa gamelle tel un aspirateur ?
Boude-t-il sa nourriture ?
Vomit-il ou a-t-il la diarrhée ?
Ses selles mettent-elles très longtemps à se dégrader ?
Dégage-t-il fréquemment des flatulences fétides ?
A-t-il des problèmes urinaires, vésicaux, rénaux ou digestifs ?
Souffre-t-il d’une maladie chronique, d’allergie, du cancer,  du diabète ou d’arthrose ?
A-t-il des problèmes de comportement ?
Souhaitez-vous nourrir votre animal de façon physiologique ?
Désirez-vous être plus respectueux envers l'environnement ?

Liste non exhaustive des symptômes induits par une nourriture inadaptée
 
Si une réponse à ces questions est oui, ce qui suit est susceptible de vous intéresser. 

Cliquez ici :

Savez-vous ce que vous donnez à manger à vos chiens et chats ?
res/site62148/res599484_Savez-vous-ce-que-vous-donnez-manger-vos-chiens-et-chats.doc
 
Maladies graves – Vétérinaire Tom Lonsdale

Les effets néfastes de la malbouffe pour animaux domestiques - Vétérinaire Tom Lonsdale
http://www.rawmeatybones.com/translations/french/pdf/Junk%20Pet%20Food%20and%20the%20damage%20done.pdf 

 

La part d'ombre de la réalité





«
 Aucun autre processus que celui de la chaleur, sous ses multiples formes, ne provoque d’aussi profondes modifications dans la structure des aliments crus et leurs différentes composantes » 
Hanz Glatzel 
Auteur et nutritionniste
 


 

En offrant régulièrement une alimentation née de l’industrie de l’alimentation pour animaux de compagnie, contribuons-nous indirectement ou inconsciemment à la dégradation de la santé de nos compagnons à fourrure ?
 
Aux yeux de la grande majorité du public, la nourriture industrielle pour chiens, chats et furets représente une diète saine et équilibrée.  Certes, face à un mode de vie de plus en plus actif, l’usage du pet-food est très pratique. Les aliments secs et les pâtées en boîte connaissent un succès grandissant, car ils possèdent des avantages considérables pour l'acheteur.

Dans leur utilisation, ces repas commerciaux sont faciles à doser, ils ne nécessitent aucune préparation, engendrent très peu de salissures, leur stockage est aisé, et certains ne demandent pas de conservation au réfrigérateur. 

Sachez que la haute pression et la chaleur élevée utilisées pour la fabrication de ces produits dénaturent complètement les nutriments délicats des aliments source, à tel point que le métabolisme éprouve beaucoup de mal à les utiliser, créant ainsi de nombreuses toxines impropres à la nature digestive de l’animal.  La destruction comprend les enzymes, les antioxydants, les vitamines et les oligo-éléments, qui sont essentiels à une bonne santé et à une vitalité optimale.   
 
Quel dommage, pour les animaux, que le seul moyen, d’infirmer les croyances, les habitudes ou le manque d’informations de leurs amis humains, soit d’en exprimer les conséquences en mettant leur bien-être, leur santé et leur longévité en difficulté. 
  
Combien d’animaux actuellement doivent-ils faire face à une allergie, à une haleine fétide, aux pertes de poils, aux problèmes endocriniens et aux troubles digestifs, pour ne citer que les problèmes les plus communs.  Les troubles émotionnels et comportementaux sont également de plus en plus habituels. 
 
Actuellement, la plupart des animaux vivent dans un état de demi-santé, et certaines races paraissent âgée bien avant l’âge.  La plupart d’entre nous considèrent ces conditions comme la norme ou  la fatalité.  Par exemple, la perte de poils continue n’est pas normale pour un carnivore.  La maladie et autres conditions pathologiques sont devenues la norme aujourd’hui.
 
Et, si vous appreniez que tout ceci a été créé uniquement par l’homme …
 
Sachez que de nombreux animaux sont libérés de la plupart de leurs symptômes morbides simplement en mangeant une nourriture adaptée à leur espèce. Ils peuvent également vivre plus longtemps en bonne santé. Un animal qui mange cru voit sa vie prolonger de 5 ou 6 ans, et cela même  s’il est de grande race. Certes, ceci est trop beau pour le croire, mais c’est la réalité.
 
Nous faisons confiance aux slogans publicitaires et aux professionnels de la santé animale, la plupart d’entre nous aimons aussi avoir l’aval d’un professionnel pour nourrir nos animaux.  
 
Mais que se cache-t-il réellement derrière tout cela ?  
 
Et si tout n’était qu’une question de business au détriment de la santé animale ? Et si les consommateurs faisaient simplement face à une désinformation massive ou à une sorte de conditionnement induit par des actionnaires avides ? 
 
Savez-vous que 80 % des propriétaires nourrissent leurs animaux avec une nourriture industrielle, qui rapporte des gains colossaux. 

A travers leur confort pratique, les aliments industriels ne favorisent-ils pas également la surpopulation des animaux de compagnie dans nos maisons ?  N'y aurait-il pas un nombre plus mesuré d'animaux, si chacun d'entre-nous prenait la responsabilité de composer les menus soi-même et investissait un peu de son temps à la préparation des rations ?
 
Toutefois, en ingérant quotidiennement, année après année une nourriture industrielle, le corps de votre animal de compagnie doit travailler d’arrache pieds pour digérer les aliments transformés par la cuisson et les modes de fabrication modernes. L'assimilation du pet food est également fastidieuse, car cette nourriture n’est pas du tout biodisponible pour un  carnivore domestique.  
 
Pourquoi ? 

Entre autres, parce que le traitement thermique a inactivé les enzymes digestives nécessaires à une bonne digestion et assimilation. Les enzymes sont présentes dans les aliments crus uniquement. 

De plus, un régime trop riche en aliments cuits peut conduire à une lente mais progressive dégénérescence des cellules et des tissus. Une diète essentiellement cuite encourage le vieillissement prématuré et le développement des maladies. 

De surcroît,  la cuisson à haute température entraîne la destruction de nombreuses substances nutritives essentielles au métabolisme, et modifie la nature des protéines, des lipides et des fibres, qui sont ainsi moins favorables à une bonne assimilation. L’ingestion jour après jour de nutriments dénaturés engendre aussi  à la longue une accumulation de toxines dans l’organisme.  Avec le temps, le corps se surcharge de toxines, et ce processus morbide nuit grandement à la santé.  
 
Dans ces conditions, le corps envoie alors des signaux pour continuer à manger parce qu'il n'a pas encore obtenu suffisamment de nutriments, ce qui conduit entre autres à un gain de poids par suralimentation.  Il ne faut pas confondre alimentation et nutrition.
 
En mangeant cru et de façon appropriée à son espèce un être vivant doit manger beaucoup moins de nourriture proportionnellement à une nourriture transformée. 

En mangeant vivant, le corps est rassasié parce qu’il reçoit des nutriments actifs.  De plus, les envies frénétiques de nourriture disparaissent d’elles-mêmes, tout simplement parce que le métabolisme est comblé par les aliments vivants et non carencé par une alimentation sans vie, donc morte. 
 
En mangeant cru, l'envie de manger est moindre et il s’ensuit naturellement une perte de poids sans régime aucun, ainsi qu'un accroissement du seuil de la vitalité.
 
Les personnes qui commencent à s’intéresser étroitement aux coulisses du pet food découvrent un monde fallacieux.  Mais leur objectif n’est pas de dénigrer le concept nutritionnel moderne, mais de trouver une saine alternative alimentaire pour leurs animaux, qu’ils considèrent comme un membre de leur famille à part entière.
 
Pour de nombreuses personnes, qui nourrissent au cru et leurs animaux de compagnie, les aliments vivants deviennent leur premier choix en matière d’alimentation.   Pourquoi ? Parce que cette nourriture est physiologiquement appropriée et se rapproche de celle que Mère Nature a conçu pour ses enfants et s’en éloigner conduit indubitablement à des troubles de la santé.
 
La nourriture industrielle rend nos animaux malades !  
 
Nos chers compagnons à quatre pattes souffrent des mêmes maladies de civilisation que nous. Le parallèle est aisé à faire.
 
« Que ta nourriture soit ta première médecine » disait Hippocrate, cette maxime est toujours d’actualité.  Toutefois, peu de gens s’intéressent à la qualité de la nourriture et encore moins à celle des animaux en dehors des conseils des professionnels de bonne foi, qui sont parfois mal informés sur le sujet.
 
Un régime alimentaire équilibré organique pour vos animaux de compagnie donne plus d'énergie, aide à prévenir les maladies dégénératives et le vieillissement, il solutionne les pertes de poils et les problèmes de poids, il améliore la peau et fait disparaître de nombreuses allergies, il influence le comportement et diminue ou éradique les troubles digestifs.
 
Je vous mets au défi de faire une période d’essai d’une semaine en mangeant vous-même une alimentation vivante.  Très vite vous constaterez une différence si marquée que vous ne douterez plus des avantages d’une nourriture crue pour vous et par la suite pour vos animaux de compagnie et peut-être même pour l’ensemble de votre famille.
 
Il existe aussi de nombreuses personnes qui commencent à nourrir leurs animaux au cru, et qui par la suite modifient complètement leur propre alimentation, lorsqu’ils constatent la métamorphose de leurs compagnons à quatre pattes.  
 
De nombreuses études ont été faites sur les bienfaits d’une alimentation vivante pour tous les êtres vivants, elles sont concluantes, la cuisson, la transformation et les procédés modernes de fabrication détruisent et tue la vie ! 

Et souvenez-vous, que le corps n'oublie jamais rien, il encaisse, mais il n'oublie pas lorsque les lois biologiques qui régissent les espèces sont contournées.  Et tôt ou tard, l'organisme présente la facture...  La maladie et la dégénérescence s'installent de façon insidieuse dans les cellules de tissus envahis par des bactéries toxiques issues de la fermentation de déchets d'une nourriture dénaturée et transformée, que le corps n'a pas su éliminer. 
 
Pour nous et nos animaux, de nombreux aliments modernes sont classés parmi les aliments de dégénérescence, et au risque de vous décevoir, toutes les nourritures industrielles  font intégralement partie de cette catégorie. 

 

Que penser des céréales dans l'alimentation des chiens et des chats ?


Actuellement, la plupart des aliments industriels des chiens et des chats sont constitués pour 40 à 60%, voire même plus pour les marques les moins onéreuses, de céréales ou autres végétaux riches en hydrates de carbone.   Dans la nourriture manufacturée, une grande quantité d’hydrates de carbone se retrouve donc sous forme de céréales, de féculents, de cellulose et d’amidon qui sont utilisés comme matière de remplissage, source nutritionnelle et protéinique bon marché. 
 
En fait, les industriels utilisent une grande quantité de végétaux, tout simplement parce que la viande est trop onéreuse. Et, le plus triste dans tout cela, c’est que les fabricants sont arrivés à nous faire croire, que les croquettes ou la pâtée en boîte sont des produits équilibrés, répondant aux besoins nutritionnels des chats et des chiens pour toute la durée de leur vie. Toutefois, la réalité est bien différente. Contrairement au régime proposé par les manufacturiers, celui des ancêtres du chat et du chien était très riche en protéines animales et très pauvre en glucides, et de surcroît, il n’était pas cuit !  

Pour lire la suite de l'article, cliquez ici :
res/site62148/res600968_Que-penser-des-c-r-ales-dans-l.doc

Autres articles intéressants :
http://www.catdr.com/PDF/Diet-Recommendations.pdf 
res/site62148/res600350_M-tabolisme-digestif-du-chien.doc 
 

Mycotoxines et industrie alimentaire pour animaux : DANGER !

Mycotoxines et industrie alimentaire pour animaux ...
Les mycotoxines sont des composés chimiques toxiques produits par certains champignons, elles sont donc des métabolites secondaires produits par les moisissures. Il y existe beaucoup de ces composés, mais seulement quelques-uns d'entre eux sont régulièrement trouvés dans les aliments pour animaux et les denrées alimentaires, telles que les céréales et les graines. Néanmoins, les mycotoxines qui apparaissent dans les aliments ont une grande importance pour la santé des humains et des animaux. Comme ces mycotoxines sont produites par des champignons, elles sont associées à l’apparition de maladies ou à un effet de contamination, et cela même si les moisissures sont superficielles.
 
Ces moisissures se développent sur les grains des céréales, dans les fourrages, pendant la culture au champ, la récolte et durant la période de conservation.  Les mycotoxines sont souvent présentes en mélange et constituent un risque pour les consommateurs en raison de leur synergie. Certes, les moisissures des céréales sont détruites par la chaleur lors de la préparation des aliments, mais leurs mycotoxines sont thermorésistantes, n’ont pas de goût et résistent par conséquent à tout processus de transformation. Si ces mycotoxines sont ingérées sur une base régulière à travers une alimentation contaminée, elles engendrent à terme des problèmes graves.

Les effets de certaines mycotoxines d'origine alimentaire sont aigus, et les symptômes de maladies graves apparaissant très rapidement.  D'autres mycotoxines présentes dans les aliments ont des effets à plus long terme engendrant des états chroniques ou cumulatifs sur la santé, y compris l'induction de cancers et d’un déficit immunitaire.
 
Les mycotoxines d’origine alimentaire sont de cinq groupes : déoxynivalénol/nivalénol; zéaralénone, les fumonisines, l'ochratoxine, et les aflatoxines, ce sont ces dernières que l’on retrouve le plus souvent dans l’alimentation des animaux de compagnie. 
 
Visitez ce lien : Mycotoxins Info
 
Les informations sur les mycotoxines d'origine alimentaire sont loin d'être complètes, mais on en sait suffisamment pour les identifier comme un problème grave dans de nombreuses régions du monde, provoquant des pertes économiques importantes. Les conditions agro-climatiques de culture dans les zones tempérées peuvent être favorables au développement de différentes espèces de champignons qui secrètent des mycotoxines.  Le développement du champignon peut avoir lieu à n’importe quel stade du développement de la plante, mais aussi durant le stockage. La toxinogénèse dépend également de nombreux facteurs : nature et activité hydrique du substrat, température et type de stockage (TOLLESON et al.1996).  Les niveaux de contamination, parfois élevés, retrouvés dans les produits destinés à l’alimentation animale et/ou humaine fluctuent en fonction de l’aliment et du pays d’origine.
 
Un rapport scientifique de 2007 semble indiquer que les mycotoxines, même à de faibles niveaux, peuvent au fil du temps avoir des conséquences graves pour la santé de nos animaux de compagnie. Dans l’International Journal of Food Microbiology, les Docteur Herman J. Boermans et Maxwell C.K. Leung ont publié le rapport "Mycotoxines et l'industrie alimentaire pour animaux de compagnie : évaluation toxicologique des preuves et des risques". Ce rapport donne aux propriétaires d'animaux une mine de renseignements sur les risques associés à de nombreux ingrédients contenus dans les aliments pour animaux.

Un des plus grands sujets de préoccupation abordé est que les études existantes au sujet de la contamination par les mycotoxines dans les aliments pour animaux de compagnie donnent le jour à la réalité qu’une consommation régulière d’une petite quantité de mycotoxines se traduit par des maladies chroniques, comme des problèmes de foie, une fibrose rénale, des infections résultant d’une immonosuppression et le cancer. Alors que les vétérinaires praticiens sont familiers avec les symptômes graves dérivant d’une contamination de mycotoxines, les Docteur Boermans et Leung suggèrent que les maladies chroniques sont trop souvent négligées parce que la cause principale de la consommation à long terme de faibles quantités de mycotoxines est occultée.
 
Voir l’étude sur ce lien : http://www.aseanfood.info/Articles/11021372.pdf
 
Quels sont les effets toxiques des grains moisis ?
 
Selon le Docteur Vétérinaire John Tegzes, diplômé de l'ABVT (toxicologie) de Toxvet.com's :

L'aflatoxine est une mycotoxine la plus fréquemment associée à des aliments à base de maïs trouvés dans les aliments pour animaux de compagnie. Même en quantités minimes, d'aflatoxine peut causer une maladie grave chez les chiens, évoluant souvent vers la mort.  L'aflatoxine affecte principalement les cellules du foie et entraîne une insuffisance hépatique.  Si la dose ingérée est très élevé, les animaux peuvent développer une insuffisance rénale soudaine. Même avec un traitement, la plupart de ces chiens vont mourir. Une exposition chronique à faible dose d’aflatoxine peut affaiblir le système immunitaire et provoquer le cancer.
 
Bien qu'il soit impossible de voir les mycotoxines dans les céréales, les tests de laboratoire peuvent identifier leur présence avant que le grain ne soit incorporé dans les aliments.  Aux Etats-Unis, la FDA a établi des lignes directrices précises sur la quantité d'aflatoxines pouvant être admise dans l'alimentation animale ou les produits alimentaires de l'homme. Toutefois, les montants admissibles dans l'alimentation animale sont systématiquement plus élevés que celui des aliments de qualité humaine, donc l’utilisation de céréales de qualité humaine dans les aliments pour animaux de compagnie aidera à réduire l'incidence des intoxications sur nos animaux.  Heureusement, quelques entreprises produisent des aliments pour animaux avec des ingrédients destinés à la consommation humaine pour répondre aux exigences des consommateurs recherchant des options similaires à la nourriture prête à l’emploi communément trouvée sur le marché.
 
Voir ce lien : Docteur Vétérinaire Patrick Mahaney
 
Des règlements scientifiquement fondés pour la limite acceptable de mycotoxines dans les aliments pour animaux de compagnie seraient bénéfiques. Cependant, ils créeraient une concurrence accrue avec la chaîne alimentaire humaine entraînant une augmentation des coûts des aliments pour animaux de compagnie et une diminution des profits de l'industrie.
 
Face à cette réalité, le public a récemment entamé une transition vers des aliments plus biologiques.  La perception du public est que les aliments biologiques sont plus sûrs en raison de l'absence de résidus de pesticides. Cependant, dans le cas des mycotoxines, le fait d’éviter les insecticides et les fongicides dans les cultures peut entraîner des dommages aux céréales et augmenter ainsi la croissance fongique et la production de mycotoxines.

Mon interprétation de cette réalité serait de proposer d'éviter les aliments pour animaux de compagnie/friandises contenant des céréales connues pour être facilement contaminées.  Les ingrédients les plus fréquemment mentionnés sont le maïs et le blé, et dans une moindre mesure, l’orge et l'avoine.
 
Cliquez ici pour vous informer au sujet des mycotoxines dans le Pet Food :

Mycotoxins in Pet Food : article vétérinaire en anglais


Qu'est-ce qui tue nos animaux de compagnie ?

Qu'est-ce qui tue nos animaux de compagnie ?

 

Le gouvernement ne parvient pas à inspecter efficacement les ingrédients des aliments pour animaux de compagnie. L’alimentation commerciale pour animaux de compagnie ratisse des milliards de dollars par an.  En échange de nos dollars, nous faisons confiance aux entreprises pour qu’elles offrent à nos animaux de compagnie une alimentation de qualité.  Toutefois, le récent rappel des aliments pour animaux de compagnie a démontré que notre confiance a été égarée.  Mais alors que beaucoup ont été choqués par la mort tragique des animaux de compagnie bien-aimés, beaucoup plus encore seraient choqués de savoir, que l'industrie alimentaire pour animaux possède une longue histoire de maltraitance des animaux de compagnie.

Cliquez ici pour lire la suite :
res/site62148/res606106_Qu-est-ce-qui-tue-nos-animaux.pdf

 

Les causes du diabète et des problèmes rénaux chez le chat

Les causes du diabète et des problèmes rénaux chez...

"Les chats sont chroniquement déshydratés quand ils sont nourris sur base d’un régime principalement séché"
écrit Lisa A. Pierson Vétérinaire. 

Les cas de diabète félin et d'insuffisance rénale chronique sont devenus endémiques, principalement à cause des régimes alimentaires inappropriés à l’organisme des chats.  Les croquettes sèches, étant riches en glucides et pauvres en humidité, sont à blâmer dans la majorité des cas. Une alimentation riche en hydrates de carbone peut provoquer l'obésité, ce qui met les chats à risque pour le diabète. Le manque d'humidité des croquettes provoque une déshydratation chronique, qui met l'accent sur les reins et conduit à une maladie rénale. 

Autre article intéressant en anglais : Feline Diabetes and Obesity
The preventable Epidemics – Docteur Vétérinaire Elizabeth Hodgkins

 

Votre animal est-il déshydraté ?

Votre animal est-il déshydraté ?


Un animal qui vit dans un état de déshydratation constante peut souffrir de cystite à répétition, de formation de calculs de la vessie, et de néphrite chronique.  Beaucoup de vétérinaires holistiques anglo-saxons soupçonnent que les nombreux appels qu’ils reçoivent au sujet des problèmes rénaux et de la formation de cristaux sont le résultat des conditions de déshydratation causées par un apport de croquettes conçues en opposition totale avec la nature digestive d'un carnivore.
 
Pour lire la suite cliquez ici :
res/site62148/res602353_Votre-animal-est-il-d-shydrat-.doc

 

 

Une croquette reste une croquette !

Une croquette reste une croquette !

Pour se tailler la part du lion, le marché de la croquette est inventif et les dénominations sont désormais assez variées : sans céréales, pour senior, pour junior, pour telle ou telle race, pour telle ou telle pathologie, brut, à la viande crue, etc.  Les propriétaires qui désirent nourrir leurs animaux plus sainement ont tendance à se tourner vers ce genre de produits dont le prix est souvent associé à la valeur de la nourriture et ce phénomène est encore davantage accentué lorsque les croquettes sortent du cabinet d’un professionnel, qui offre en prime son aval à ce gendre d’alimentation. Nous sommes persuadés, que « plus c’est cher mieux c’est ». Mais est-ce le reflet de la réalité ?

Lire la suite de l'article en cliquant ici :
res/site62148/res600973_Une-croquette-reste-une-croquette.doc


L'alimentation "Frankenstein" ou dite de dégénérescence...

L'alimentation "Frankenstein" ou dite de dégénéres...


«
 Trop peu d’attention a été accordée à l’alimentation naturelle. 
De la même manière dont elle a été créée, c’est la voie qu’elle suivra. »
  

James Rooney
 
Les professionnels des soins de santé  préconisent tous que nous mangions le plus possible d’aliments frais et naturels. Pourquoi devrait-il en être autrement pour les animaux domestiques? 

Les entreprises d'aliments pour animaux sont les commanditaires des expositions canines et des programmes de télévision, et sont aussi les annonceurs principaux des salles d'attente des vétérinaires.

Ces industriels parrainent une variété d'événements, dont des conférences vétérinaires. Ensuite, il y a toutes les informations sur la boîte ou le paquet. Et en bout de ligne publicitaire, le public pense, que toutes les revendications au sujet du pet-food ne peuvent certainement pas être fausses !
 
Les intenses campagnes de marketing mises en œuvre par les fabricants d’aliments industriels ont contribué à une désinformation massive, quant à l’impact de ce type de nourriture sur la santé des animaux de compagnie. La publicité laisse entendre, que la qualité des produits s’améliore de jour en jour, hors ce n’est pas le cas. Derrière le voile, le flou est entretenu par les fabricants envers les consommateurs en ce qui concerne la composition, les principes et les modes de fabrication de cette nourriture. Mais surtout, les commerçants restent muets au sujet des répercussions dommageables de leurs produits sur l’organisme des carnivores domestiques. 
 
Sur le Web, certains auteurs nomment l’alimentation industrielle «l’alimentation Frankenstein », parce que les aliments de base ont subi de multiples mutations avant d’être reconstitués en un produit fini tout à fait artificiel. A contrario, la nourriture à base de viande crue est appelée, par ces mêmes précurseurs, « l’alimentation Frankenprey ». Ce terme novateur désigne une alimentation naturelle basée sur la reconstitution d’une proie à l’aide de divers morceaux de viande achetés chez un détaillant.
 
Il est dommage d’apprendre, que les principes de fabrication de toutes les marques de nourriture industrielle de renom ou pas, vont à l’encontre de la nature digestive d’un carnivore. C’est le fondement même sur lequel s’appuie la production, qui entre en totale opposition avec la physiologie digestive naturelle des carnivores domestiques.   

Le système digestif des carnivores domestiques doit travailler d’arrache-pied pour tirer un avantage des croquettes ou de la pâtée en boîte, car il n’arrive pas à digérer ces formes non naturelles de nourriture.   Les animaux de compagnie ont un métabolisme, qui demande à être nourri de viande crue et non d’aliments industriels cuits à base d’une grande quantité de céréales et de végétaux, qui sont davantage une nourriture prévue pour un omnivore. 

Certes, en consommant les produits du pet-food, les animaux de compagnie font preuve d’une grande adaptabilité, mais cela ne signifie aucunement, que ce type d’alimentation soit bénéfique à leur organisme. Sur ce site, vous trouverez quelques pistes de réflexion au sujet des raisons pour lesquelles la nourriture industrielle dénature complètement les besoins nutritionnels des chiens, des chats et des furets.

Article intéressant en anglais :
Pourquoi les animaux ne devraient pas être nourris avec la plupart des aliments commerciaux ?
 

Citations

Citations



« Mon expérience clinique au cours des 27 dernières années confirme qu’un régime à base d’aliments cuits ne suffira pas à maintenir vos animaux de compagnie dans des conditions de santé optimale.

La différence de beaucoup d’animaux nourris d’une nourriture crue, après avoir mangé une nourriture industrielle, est marquée de façon incroyable ! » 

Docteur Vétérinaire Pitcairn
http://www.organic-pet-digest.com/raw-natural-dog-food.html 

 

"La viande crue doit former 75 % de l'alimentation de chaque animal carnivore. La principale raison pour laquelle le propriétaire du chien cuit la viande est issue de la pure superstition qu’une telle nourriture est plus sûre. 

Le nourrissage à base de viande ou de lait soumis aux forces de la chaleur ne fera que provoquer une dégénérescence positive de la santé. »
 

Juliette de Baïracly Levy
http://www.organic-pet-digest.com/raw-natural-dog-food.html 
 

Dog Food Secrets d’Andrew Lewis

Dog Food Secrets d’Andrew Lewis
 
Après que son noble chien soit décédé de façon précoce à  l’âge de 4 ans, Andrew Lewis, l’auteur de Dog Food Secret, a découvert que c’était la nourriture industrielle pour animaux qui avait causé une insuffisance rénale chez son chien et éventuellement sa mort.
 
Indigné par cette découverte, il a consacré 3 années de sa vie à enquêter sur l’alimentation industrielle pour chien. Ce qu’il a découvert est choquant, et ne possède pas de mots pour le dire. 
 
La plupart des aliments commerciaux pour chiens contiennent des produits chimiques mortels, qui ont été depuis bien longtemps bannis de l’alimentation humaine, et qui peuvent causer des troubles du comportement, des cancers, des maladies du foie et des reins, une perte de poils, des allergies, et même la cécité. 

En faisant en sorte, que votre chien mange une bonne alimentation de qualité, votre ami sera en meilleure santé, plus heureux et vivra plus longtemps.   Mais il ne s’agit pas seulement de nourriture. Pour une parfaite santé votre chien doit suivre un régime de soins complets sa vie entière. 
 
Toutes les informations nécessaires pour cela se trouvent dans le E-book en anglais d’Andrew Lewis et son téléchargeables sur ce site : 
 
Dog Food Secrets d’Andrew Lewis
Autres articles intéressants 
 
Urgent Press Release For Dog Owners
10 Secrets Pet Food Companies Don't Want You to Know