La santé animale, un marché rentable et peu risqué


Le marché de la nourriture pour animaux de compagnie se porte très bien.  Avec 20 milliards de dollars de ventes annuelles, le bénéfice tiré de la santé animale n'est qu'une goutte d'eau par rapport à l'énorme marché des médicaments pour humains, proche de 900 milliards de dollars. Mais, le secteur de la nourriture pour chiens et chats séduit, et cette industrie ne connaît pas la crise !
 
80% des tuteurs d’animaux nourrissent leurs protégés avec de la nourriture prête à l’emploi. Le fast-food séduit le consommateur par son côté pratique et sa durée de conservation. Les maisons seraient-elles peuplées d’autant d’animaux de compagnie si le pet-food n’existait pas ?
 
En faisant un voyage dans l'allée des aliments pour animaux de compagnie, nous pourrons nous apercevoir de toutes les revendications qui sont faites par les fabricants pour présenter de merveilleux aliments pour chiens et chats, qui permettent d’augmenter le répertoire des produits. Ces allégations commerciales sont plus extravagantes les unes que les autres, mais ce battage publicitaire révèle-t-il la réalité et profite-t-il vraiment à votre chien ou votre chat ?

Dans les rayons, vous verrez des aliments spéciaux pour animaux d’intérieur, sportifs, races spécifiques, âgés, light, problèmes articulaires ou autre appellations d’aliments conçus spécifiquement pour répondre aux besoins personnels d’un animal.  De nos jours, le marketing de créneau destiné aux humains s'est étendu aussi pour promouvoir les produits des animaux de compagnie. 
 
Les tuteurs d’animaux aiment se sentir spéciaux.  Un produit spécifique est destiné à être vendu aux personnes espérant trouver une réponse idéale à un problème particulier exprimé par leurs animaux.  Mais est-ce réellement le cas ?  Si oui, les promesses commerciales se réalisent-elles vraiment à long terme ?  Si vous répondez par l’affirmative à cette question, alors inutile pour vous de continuer à lire cet article.
 
Et pourtant, la réalité est différente.  Il y a seulement 3 normes de base sur lesquelles les aliments pour animaux de compagnie devraient d’être mesurées : en croissance, adulte, gestation et lactation.  Tout le reste relève de la commercialisation. Dans la nature, il n’y a pas de nourriture spéciale pour les poules rousses ou blanches, elles mangent toutes du grain, et il n’y a pas non plus de nourriture spéciale pour les vaches aux cornes longues ou courtes, tous les herbivores mangent de l’herbe. Alors pourquoi cette distinction est-elle faite pour la nourriture des animaux de compagnie, qui sont avant tout des carnivores opportunistes pour les chiens et des carnivores stricts pour les chats, c’est-à-dire essentiellement des mangeurs de viande !

Vidéos
 
L’épicerie – La nourriture pour chat
http://youtu.be/CI2u5FNcfr4
 
Comment sont fabriquées les croquettes ?
http://youtu.be/Heid2rsVpE8

Articles

Qui a raison ?  La nature ou les géants de l'alimentation transformée pour chiens et chats ?
/res/site62148/res622909_VTDobiasPetFood.pdf

Le mythe de 100% complet et équilibré du Docteur Vétérinaire Randy Wysong
/res/site62148/res614088_Mythe100complet.pdf

Lettre du Vétérinaire Tom Lonsdale
/res/site62148/res613318_TomLonsdale.pdf

Les incohérences du système actuel
http://blog.nebias.com/post/2010/04/07/La-malbouffe-expliqu%C3%A9e-%C3%A0-mon-chien

La malbouffe expliquée à mon chien d’Edouard Nebias – Magazine Marianne 2010
/res/site62148/res613625_La-malbouffe-expliqu-e-mon-chien.doc

Rappel des aliments réalisés par la FDA
http://www.accessdata.fda.gov/scripts/newpetfoodrecalls/#Dog 
 
Les horreurs réelles de la nourriture pour animaux révélées. Préparez-vous à être choqué par ce qui se passe dans la nourriture pour chiens et chats
http://www.naturalnews.com/012647.html#ixzz2NypMuXBN
 

VETERINAIRES EN COLERE

Qui sommes-nous et pourquoi sommes-nous en colère ?

Pour lire la suite, cliquez ici :

/res/site62148/res622412_VETERINAIRES-EN-COLERE.pdf

 

Les aliments dits "Spéciaux"



 

« Les animaux n'ont pas besoin de régimes «spéciaux». Il y a beaucoup de trucs de vente dans l'industrie alimentaire pour animaux de compagnie qui ne sont pas nécessairement dans le meilleur intérêt du chien», explique le Docteur Donoghue. Everyday Health Tips by Prevention Magazine, page 348
 
Des réclamations commerciales comme :
 
Naturel  ou  bio !
 

Certaines entreprises incluent le terme bio dans leur marque, mais cela ne signifie en fait pas vraiment grand-chose et encore moins pour un chien ou un chat.  Le terme bio ou naturel ne veut pas dire que l’alimentation corresponde vraiment à la nature digestive d’un chien ou d’un chat, et qu’elle soit adaptée à l’espèce.  De plus, les aliments sources peuvent bien sûr être organiques, mais le bétail et la volaille viennent quand même des unités de production en masse de fermes industrielles énormes, où les animaux sont stressés en permanence et élevés dans des conditions peu éthiques.
 
De nombreux consommateurs bien intentionnés qui veulent donner à leur animal de compagnie une alimentation de haute qualité commerciale choisissent d'acheter des aliments « bio » pensant qu’ils sont plus nutritifs. Toutefois, même si les croquettes contiennent des ingrédients de haute qualité sans conservateurs et d’additifs, ils passent à travers un processus de cuisson qui annule finalement beaucoup la valeur nutritionnelle que ces ingrédients auraient pu apporter.  Le processus de fabrication rend les enzymes inactives, dénature les protéines, et ces ingrédients ne sont plus viables pour la microflore bénéfique (bonnes bactéries) du tractus intestinal de l’animal.  Les enzymes sont extrêmement importantes et ont un effet synergique pour la digestion complète, l'absorption et l'assimilation des nutriments de la nourriture.  Que les croquettes soient dites « bio » ou non, il s’agit d’une nourriture sans vie, dévitalisée, dénaturée, sans enzymes, donc morte.  Certes, les industriels peuvent faire un effort et ne pas mettre de colorants ou d’additifs dans leurs produits, mais cela ne veut pas dire que la nourriture finie soit hautement biodisponible et digestible pour un chien ou un chat.  Un animal peut certes se ruer sur des croquettes, mais son organisme peut y être tout à fait intolérant, car cette nourriture n’a pas été conçue par mère nature elle-même, elle est par contre le résultat de transformations industrielles.  Nos enfants se ruent aussi sur des aliments qui leur font du tort, sans que cela ne profite à leur santé !

 La viande est le premier ingrédient !
 
Cette allégation signifie que la viande est l’ingrédient numéro 1. Les ingrédients sont indiqués sur l’étiquette en poids, mais la viande crue pèse beaucoup plus, et contient beaucoup d’eau.  Si vous regardez plus loin sur la liste, vous êtes susceptible de voir des ingrédients tels que des sous-produits de volaille, de la farine d’os, de gluten de maïs, de soja, ou un autre  tourteau protéique.  La graisse et l’eau sont enlevées des aliments sources et le produit fini se compose essentiellement d'une poudre sèche et de protéines légères.
 
Commençons par ce qui apparaît souvent comme la source de protéines et le principal ingrédient des aliments pour animaux de compagnie : les sous-produits de viande ou farine de viande.   L’expression bien connue « produits de viande » est un terme impropre, car ces sous-produits ne contiennent que peu, le cas échéant, de viande. Ce sont les parties de l'animal qui restent après que la viande ait été arrachée à l'os. Les sous-produits comprennent la tête, les pieds, les entrailles, les poumons, la rate, les reins, le cerveau, le foie, l'estomac, les os, le sang, les intestins, et toute autre partie de la carcasse impropre à la consommation humaine. Dans certains cas, la nourriture commerciale est basée sur un tourteau faible en protéines animales, donc faible en viande hautement digestible. 
 
D'autres aliments sont essentiellement composés de protéines issues des céréales ou autres végétaux qui servent de matière de remplissage aux produits, mais dont l’organisme d’un chat ou d’un chien ne sait que faire. Les chats et les chiens ont été conçus par la nature pour prospérer sur base de protéines animales de haute qualité, et non pas sur base d’aliments transformés par la technologie. Dans la nature, aucun animal ne cuit ou ne transforme ses aliments naturels, seul l’homme soumet sa nourriture à la cuisson.
 
Les ingrédients spéciaux !
 
Aujourd’hui, beaucoup d'aliments pour animaux de compagnie haut de gamme comptent sur l'appel de marketing pour promouvoir des ingrédients alimentaires, tels que les fruits, les légumes, les herbes, et les compléments divers. Toutefois, les montants de ces éléments effectivement présents dans les aliments industriels sont de petites tailles, et ils peuvent être des chutes de l’alimentation humaine, et non un ensemble d’ingrédients frais. Ces herbes, ces beaux légumes et fruits que vous voyez sur les emballages ne sont qu’une fausse image de la réalité. De plus, certains de ces ingrédients ne donnent pas un avantage significatif à la santé d’un chien ou d’un chat et ils sont vraiment un truc de marketing.  Si vous analysez correctement les ingrédients, vous vous apercevrez que dans la nature un chien ou un chat ne se nourrira pas spontanément de ces aliments dits « spéciaux. » Il s’agit ici en grande partie d’anthropomorphisme destiné à augmenter la vente des produits, et séduire le consommateur avec des termes qui correspondent davantage à sa propre alimentation qu’à celle de son chien ou de son chat. 

Certaines industries alimentaires pour animaux de compagnie préparent des aliments avec des niveaux élevés en acides gras oméga-3, qui sont réclamés pour être efficaces dans le traitement de diverses maladies inflammatoires. Toutefois, les acides gras oméga-3 sont très sensibles à la chaleur, sont détruits et rancissent facilement pendant le traitement. Les AGE oméga-3 sont détruits par la lumière, l'air et la chaleur 5 fois plus vite que les AGE oméga-6. Plus une huile est riche en AGE (notamment oméga-3), plus elle se dégrade lorsqu’elle est chauffée à haute température, et plus elle devient toxique. La chaleur de la cuisson détruit une grande partie les oméga 3, et dans une moindre mesure aussi les oméga 6. 
 
Human grade (qualité humaine) !
 
Cette appellation peut aussi être tronquée, car ne vous imaginez pas que les fabricants mettent de bons steaks juteux et des poulets frais dans les croquettes, si c’était le cas les produits finis seraient invendables ou du moins, aussi chers que la viande qui se trouve dans l’étal de votre boucher.  Ne vous y trompez pas, les ingrédients du fast-food pour animaux sont toujours des restes de l’industrie agro-alimentaire humaine impropres à la consommation.  Et pourtant, nos animaux de compagnie ne sont pas des poubelles vivantes et rien ne justifie qu’ils bénéficient d’aliments que nous rechignons à consommer, ou pire, qui feraient du tort à notre santé.
 
Les aliments santé, light, allégés, hypoallergéniques sont de plus en plus courants !
 
Avez-vous constaté un changement notoire à long terme avec ce type d'aliments spécialisés?  Votre chien ou votre chat est-il réellement en meilleure santé ?  Dans votre entourage, vous connaissez sûrement un animal tout à fait obsédé par la nourriture, ou qui réveille son tuteur la nuit pour lui réclamer encore davantage de croquettes. 
 
Ces comportements alimentaires dénaturés des animaux sont induits par la nourriture industrielle elle-même, mais ne sont pas le résultat du comportement nutritionnel naturel d’un chien ou d’un chat.  Les aliments industriels sont remplis d’hydrates de carbone, c’est-à-dire de sucres complexes issus des céréales, des féculents et autres produits amidonnés, ces substances inféodent les animaux.  Le sucre appelle le sucre !  De plus, des tests d’appétence étudiés par les fabricants permettent d’attirer les animaux vers une nourriture qu’ils ne mangeraient spontanément pas si la chimie et la science n’étaient pas intervenues pour flatter leur odorat. 
 
Vous est-il déjà arrivé de donner des aliments "light" sous prescription et que malgré cette diète allégée votre animal continue à grossir, ou du moins, à ne pas maigrir nettement, et que lors d'une visite chez un professionnel, ce dernier remette la responsabilité chez vous en vous affirmant que vous avez dérogé au protocole nutritionnel ou aux consignes du fabricant ?  
 
Comment vous êtes-vous senti face à une telle affirmation ?  Coupable, mal à l'aise, incompris, désespéré, etc. ? Rassurez-vous, la responsabilité en général ne vous incombe pas, l'origine du problème est la nourriture industrielle elle-même, que, par manque d’informations appropriées ou par excès de désinformations minutieusement orchestrées par les industriels, peu de professionnels, tout à fait honorables bien sûr, sont prêts à remettre en cause. Découragés, mais avec une intention louable d'améliorer le sort de leurs animaux, les gens passent alors d'une gamme à une autre, sans jamais vraiment rencontrer de solution idéale à long terme.  De surcroît, les aliments spéciaux sont onéreux.  A qui profite le bénéfice ?

Aliments sans céréales
 
Une autre mode récente est née.  Certaines sociétés du pet-food décrètent leurs aliments « sans céréales ».  Toutefois, les fabricants utilisent des pommes de terre, des petits pois, des légumes et autres féculents comme substituts.  Tout comme les céréales, ces aliments sont riches en sucres complexes et sont une source supplémentaire de calories inutiles. Pour une raison mécanique, la fabrication des croquettes nécessite de l'amidon, sans cela elles s'émietteraient.

Article sur les croquettes dites "sans céréales"

/res/site62148/res624891_CroquettesSansCereales.pdf
 

Comment sont fabriqués les aliments industriels ?


Ann M. Martin décrit le processus de fabrication des aliments industriels dans son livre intitulé Food Pets Die for: Shocking Facts About Pet Food.
 
La nourriture sèche

A l'usine d'équarrissage une machine broie lentement la pagaille dans des cuves immenses. Ensuite, ce produit est cuit à une température comprise entre 220 et 270 degrés pendant 20 minutes à une heure. Après, le mélange est centrifugé (filé à une vitesse élevée) et la graisse (suif) montée à la surface est retirée.  Après que la graisse ait été enlevée du processus de « rendu », la quantité restante est séchée. La farine de viande et d'os est le produit final de ce processus. Ce matériau séché est généralement présent dans les aliments secs pour animaux. La graisse devient la source de graisses animales dont se composent la plupart des aliments pour animaux. Souvent, lorsque vous ouvrez un standard de nourriture pour chien, vous verrez une couche supérieure de graisse, qui vise à inciter un chien ou un chat affamé à manger.
 
La grande majorité de la nourriture sèche est faite avec une machine appelée extrudeuse. Tout d'abord, les matériaux sont mélangés conformément à une recette créée à l'aide d’un programme informatique qui permet de calculer la teneur en éléments nutritifs de chaque ingrédient proposé. Parce que l'extrudeuse a besoin d'une quantité constante d’amidon et d’une faible quantité d’humidité pour fonctionner correctement, les ingrédients secs, tels que les rendus de viande et d'os, des céréales, et des farines de blé et de maïs prédominent.
 
La pâte est introduite dans la vis de l'extrudeuse, elle est soumise à de la vapeur à haute pression et ensuite poussée à travers des filières qui déterminent la forme du produit final. La pâte qui sort de l'extrudeuse est coupée en petits morceaux par un ensemble de couteaux tourbillonnant rapidement. Quand la pâte atteint la pression d'air normale, elle se dilate dans sa forme finale. La nourriture est séchée, puis pulvérisée en général avec du gras d'autres composés pour la rendre plus acceptable. Quand, elle est refroidie, elle est ensachée.

Bien que le processus de cuisson tue les bactéries contenues dans les aliments, le produit final peut prendre plus de bactéries pendant le séchage ultérieur, lors de la phase de pulvérisation ou de l'emballage. Certains experts avertissent que mouiller la nourriture sèche peut permettre aux bactéries de la surface des croquettes de se multiplier et de rendre un animal malade. Par conséquent, il est déconseillé de ne pas mélanger les aliments secs avec de l'eau, du lait, ou de la nourriture en conserve, ou d'autres liquides.

Dossiers intéressants

PDF /res/site62148/res613610_petfood.pdf

Vidéo : http://youtu.be/Heid2rsVpE8

Documentaire croquettes : http://youtu.be/Vhv2uvrnpj8

Qui a-t-il dans le petfood ?
http://www.acreaturecomfort.com/truthaboutpetfood.htm

 
Aliments semi humides et friandises
 
De nombreux aliments sont également fabriqués avec une extrudeuse. Pour être attrayants aux consommateurs et pour maintenir leur texture, ils contiennent de nombreux additifs, colorants, conservateurs.  Ce type d'aliments n'est pas un bon choix non plus pour un animal de compagnie.
 
Nourriture humide

La nourriture humide ou en conserve commence par des ingrédients moulus et mélangés avec des additifs. Les boîtes scellées sont ensuite mises dans une boîte ressemblant à des autocuiseurs et la stérilisation commerciale a lieu. Dans leur contenu, les aliments humides sont très différents des aliments secs ou semi humides. Alors que de nombreux aliments en conserve contiennent des sous-produits de toutes sortes, ils sont «frais», non rendus et subissent aussi moins de traitements.  Les aliments humides contiennent généralement beaucoup plus de protéines animales et ils sont souvent d’une qualité un peu plus élevée, que les aliments secs. Ils ont aussi plus d'humidité, ce qui est mieux pour les chats.  
 
Bilan
 
Le traitement industriel des sous-produits utilisés dans les aliments pour animaux de compagnie diminue considérablement leur valeur nutritionnelle, toutefois, la cuisson permet d’augmenter la digestibilité des céréales, des féculents et des légumes. Pour que la nourriture soit nutritive, les commerçants doivent renforcer leurs produits finis avec des vitamines et des minéraux de synthèse parce que les pratiques de fabrication rigoureuses détruisent de nombreux éléments nutritifs. Les protéines sont particulièrement vulnérables à la chaleur, et elles sont endommagées ou «dénaturées» lorsqu’elles sont cuites. De plus, les aliments secs sont cuits deux fois, d’abord au moment du rendu, et ensuite dans l'extrudeuse. C’est pourquoi, les problèmes sont beaucoup plus fréquents avec les aliments secs, qu'avec les aliments en conserve ou préparés à la maison. Les protéines modifiées, hydrolysées peuvent contribuer à des intolérances et des allergies alimentaires, et donc à des maladies inflammatoires de l'intestin.
 
De plus, la plupart des éléments que les industriels utilisent ne sont pas toujours très sains, et leur qualité est extrêmement variable. Des additifs et de nombreux produits chimiques sont ajoutés, afin d'améliorer le niveau nutritionnel,le goût, la stabilité, ou l'apparence. Les additifs comprennent les émulsifiants pour empêcher l'eau et la graisse de se séparer, les antioxydants pour empêcher la graisse de rancir, les conservateurs (par exemple BHA et BHT cancérigènes), les colorants artificiels et des saveurs pour rendre les produits plus acceptables pour leurs animaux. Le facteur de l’apparence est aussi important pour le consommateur qui achète le produit, les aliments industriels sont colorés sinon ils laisseraient les yeux insensibles.

Etudes et commentaires : Docteur Vétérinaire Jean Dodds
http://www.homevet.com/diet-discussion/item/330-fresh-food-diets-help-the-immune-system-by-dr-dodds-includes-recipes

Contaminants potentiels dans le pet-food

Contaminants potentiels dans le pet-food


Les ingrédients utilisés dans les aliments pour animaux peuvent être contaminés par une variété de substances toxiques. Bien sûr, certaines d'entre elles sont détruites par le traitement thermique, mais d'autres ne le sont pas, et elles constituent dès lors un réel danger pour la santé de votre animal.

Quand les choses vont vraiment mal et que les problèmes graves sont découverts, les aliments industriels sont rappelés, toutefois les médias n’en parlent pas ouvertement. 
 
Voici un léger aperçu de ce qui pourrait se trouver dans l’alimentation de votre animal de compagnie :
 
Acrylamide : il s’agit d’une substance chimique qui se forme à haute température, ce procédé chimique s’appelle la réaction de Louis-Camille Maillard.   Cette réaction représente l'ensemble des interactions résultant de la réaction initiale entre un sucre réducteur et un groupement aminé. Cette réaction a une importance énorme dans la chimie des aliments. Elle est la responsable principale de la production des odeurs, des arômes et des pigments caractéristiques des aliments cuits. Elle peut aussi donner naissance à des composés cancérigènes et également réduire la valeur nutritionnelle des aliments en dégradant certains acides aminés essentiels, y compris la taurine et la lysine.  En fait, la réaction de Maillard est considérée comme souhaitable dans la production des aliments pour animaux de compagnie, car elle donne un goût agréable à la nourriture.

Pour aller plus loin au sujet de l'acrylamide :
http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2012/06/09/when-you-heat-natural-plantbased-foods-you-can-get-acrylamide-and-cancer.aspx
http://www.bornfreeusa.org/facts.php?more=1&p=359
http://www.facmv.ulg.ac.be/amv/articles/2002_146_6_04.pdf
 
Bactéries :
les animaux de ferme abattus, décédés de maladie, de cause naturelle ou de blessures sont des sources potentielles des sous-produits fournis dans les repas des chiens et des chats. Un animal décédé à la ferme pourrait par exemple ne pas parvenir de suite à l’usine d’équarrissage, et dès lors être contaminé par des Salmonella et E. coli. Certes, la cuisson tue les bactéries, mais elle n’élimine pas les endotoxines que les bactéries produisent durant leur croissance.  Les endotoxines sont des toxines situées dans la membrane externe de certaines bactéries gram négatif et sont libérées que lors de la lyse (désintégration de la membrane cellulaire) de ces bactéries, et qui peuvent occasionner une réponse inflammatoire, voire la mort.  Les endotoxines sont thermostables.

Pour aller plus loin au sujet des bactéries : "La question des bactéries dans les aliments transformés pour animaux de compagnie."  Le but de cet article est de montrer aux gens préoccupés par les bactéries dans les aliments crus, qu'il y a un problème similaire avec les aliments transformés.  Cet article est du domaine public et a été posté sur la liste des nombreux sites  BARF. L'auteur est le Docteur Vétérinaire Donald R. Strombeck DVM, Ph.D., auteur du livre «Home-Prepared Dog and Cat Diets: The Healthful Alternative »
http://www.njboxers.com/the-question-of-bacteria-in-processed-pet-foods.html


Médicaments : les substances chimiques utilisées pour traiter ou euthanasier le bétail (pénicilline, barbiturique, antibiotiques, vermifuges, etc.) dont les toxines peuvent rester inchangées lors des processus de fabrication des aliments.
 
Mycotoxines : il s’agit de composés toxiques produits par divers types de champignons appartenant principalement aux espèces Aspergillus, Penicillium et Fusarium.  En milieu favorable et à des niveaux de température et d’humidité propices, ces champignons prolifèrent et peuvent produire des mycotoxines. Généralement, les mycotoxines pénètrent dans la chaîne alimentaire après contamination des cultures alimentaires destinées à l'alimentation humaine et animale, principalement à travers les céréales. La présence de ces contaminants dans les denrées alimentaires peut avoir des répercussions sur la santé, telles que des effets carcinogènes, mutagènes, œstrogéniques, gastro-intestinaux et néphrétiques. Certaines mycotoxines ont aussi des effets immunosuppresseurs et diminuent la résistance aux maladies infectieuses. Les mycotoxines résistent au traitement thermique et peuvent se retrouver aussi dans les gamelles des chiens et chats.

Des contaminations par les mycotoxines dans les aliments constituent une menace grave pour la santé des animaux de compagnie.  Les céréales utilisées comme ingrédients sont des sous-produits céréaliers qui peuvent être détournés à l'alimentation animale, même si ils peuvent contenir des mycotoxines à des concentrations supérieures par rapport aux céréales brutes (Moss1996 ; Brera et al, 2006).  Les flambées de mycotoxines dans les aliments commerciaux pour animaux de compagnie ont été rapportées dans les dernières années (Garland et Reagor, 2001; Stenske et Al. 2006).  La plupart des épidémies de mycotoxicose pour animaux de compagnie restent cependant inédites et peuvent impliquer la mort de centaines d'animaux (MSNBC Nouvelles Services, 2006).

Pour aller plus loin au sujet des mycotoxines :
http://cdn.intechopen.com/pdfs/22032/InTech-Aflatoxins_in_pet_foods_a_risk_to_special_consumers.pdf
http://www.mycotoxins.info/myco_info/animpe.html

OGM : ils sont également une source de préoccupations : soja, maïs et tourteau de coton dans l’alimentation du bétail, dont la viande se retrouve dans les gamelles.
 
Résidus de produits chimiques, de pesticides et d’engrais : ces éléments peuvent laisser des résidus toxiques dans les produits inclus dans l’alimentation des chiens et des chats.
 
Visitez ce site pour davantage d’informations : http://www.truthaboutpetfood.com/

Stratagèmes de vente ... Survivre ou Vivre Vraiment ?

Stratagèmes de vente ... Survivre ou Vivre Vraimen...

La réalité


Tous les termes spéciaux inscrits sur les emballages des aliments du pet-food sont devenus des trucs de marketing populaires, et ils sont souvent outrageusement contraires à la réalité. Chaque fabricant utilise ces stratagèmes dont le sens est tellement édulcoré que le consommateur s’y perd, et est obligé de faire simplement confiance aux allégations commerciales, et encore davantage lorsque l’alimentation sort du cabinet d’un professionnel.
 
Au fil des dernières années, la commercialisation des aliments pour animaux et la publicité sont devenues extrêmement sophistiquées. Il est important de distinguer ce qui est réel et ce qui ne l’est pas, et de prendre vous-même la décision éclairée qui conviendra le mieux en ce qui concerne la nature et la qualité de l’alimentation de vos animaux de compagnie.
  
Un animal qui mange en fonction de son anatomie digestive, c’est-à-dire une nourriture qui est étroitement en relation avec l’espèce carnivore, n'est pas soumis aux symptômes suivants si courants chez les animaux nourris avec une nourriture industrielle.
 
Manifestations classiques chez un animal nourri de fast-food : 
 
Allergies
Cachexie
Diarrhée
Etat de sénilité anormalement élevé
Flatulences nauséabondes
Grattages compulsifs
Hot spots
Hyperactivité
Immunodépression
Léthargie
Maladie auto-immune, dégénérative, cardiaque
Mauvaise dentition
Mauvaise haleine et odeur corporelle
Mort tragique ou prématurée
Obésité
Obsession de la nourriture
Parodontose
Perte de poils intempestive toute l’année
Poils ternes
Problèmes articulaires graves
Problèmes digestifs
Problèmes rénaux et vésicaux
Retournement d'estomac
Selles volumineuses et odorantes
Soif ou appétit exagérés
Torsion de l'estomac
Troubles de l'humeur
Troubles endocriniens (hyperthyroïdie)
Vieillissement rapide par rapport à l'âge réel
Vomissements
 
Et bien plus encore…
 
Les animaux qui mangent de la nourriture entièrement dénaturée par l’homme présentent tous un ou plusieurs des symptômes énumérés ci-dessus. Ces manifestations courantes sont considérées par la plupart des tuteurs d'animaux et des professionnels comme faisant partie de la normalité. A l'heure actuelle, la maladie et les disfonctionnements sont devenus la norme !  L’obésité est bien une maladie et les autres symptômes énoncés ci-dessus sont l’expression d’une future maladie, ou tout au moins d'une dégénérescence et/ou d'un disfonctionnement de l’organisme. 

Pour les humains, les médecins préconisent une nourriture vivante à base d'aliments frais, alors pourquoi n'en irait-il pas de même pour nos animaux de compagnie ?  La plupart des animaux mangent toute leur vie une nourriture morte, sans enzymes et hautement transformée. Et pourtant, les chiens et les chats sont des êtres vivants à part entière, et idéalement leur régime alimentaire devrait se calquer sur celui que Mère Nature a conçu pour eux depuis des milliers d’année.

Pensez-vous vraiment que l’alimentation industrielle sous forme de croquettes ou de pâtée en boîte soit vraiment la meilleure alimentation destinée à promouvoir la santé de votre chat ou de votre chien pour toute la durée de sa vie ?  Pensez-vous sincèrement qu'un être vivant quel qu'il soit puisse prospérer pleinement avec une nourriture sèche ou sous forme de ragoût en boîte ?

Si c’était le cas, tous les animaux de compagnie seraient tous en PARFAITE santé, et vivraient de longues et heureuses années à vos côtés, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas … ou si c’est le cas, dans quel état de santé physique et énergétique sont vraiment vos animaux ?

Même si votre animal arrive à un âge avancé en mangeant des croquettes, pour tout être vivant, l'âge ne veut rien dire, c'est le seuil de vitalité, le niveau de santé et de bien-être qui sont des facteurs importants.  Tout comme pour l'humain, être vieux mais grabataire ne signifie nullement être satisfait de son état et de sa santé, et à ce stade peu sont heureux de vivre...  il en va de même pour nos animaux de compagnie.

Certes, nous connaissons tous de vieux chiens ou chats qui ont mangé des croquettes toute leur vie et qui y ont survécu. Toutefois, dans quel état sont-ils réellement aujourd'hui ? 

Ces animaux âgés sont-ils pétillants, minces, au pelage soyeux, alertes et vibrants lorsqu'ils galopent comme de jeunes premiers à toute allure dans la nature ?  Ou, ces animaux âgés sont-ils éteints, au pelage terne, obèses, arthrosiques, rongés par l'allergie, vieillis prématurément,  allongés sur votre canapé la plupart du temps, ou suffocants lorsqu'ils sont emmenés en promenade ?

Restons honnêtes envers nous-mêmes, et déposons le bilan, à dessein d’aider nos animaux de compagnie que nous aimons comme des membres de notre famille à part entière.

Vidéo : BARF  ou la diète dont rêve votre chien  
http://imageevent.com/princess21/feedingarawdiet?p=26&w=4&z=2&c=4&m=18&s=0&y=1&b=26&l=5

Pourquoi je ne recommanderai jamais une alimentation industrielle pour les animaux de compagnie du Docteur Vétérinaire Peter Dobias
/res/site62148/res614674_VTDobias.pdf
 

Les régimes alimentaires frais aident le système immunitaire, par le Docteur Vétérinaire J. Dodds

http://www.homevet.com/diet-discussion/item/330-fresh-food-diets-help-the-immune-system-by-dr-dodds-includes-recipes


Sources :